Claude Berger : itinéraire d’un juif du siècle

Cette semaine, notre invité est Claude Berger, pour son dernier ouvrage, Itinéraire d’un juif du siècle, qui vient de paraître aux éditions Max Chaleil.

BergerClaude Berger est placé par naissance au coeur des drames du siècle passé, le régime nazi et Vichy dont il réchappe, le totalitarisme bolchévique qu’il démystifie, la décolonisation. Il reçoit une étoile jaune le jour de ses six ans. Suit la condamnation à mort qui pèse sur les enfants juifs et un enfermement de deux années dans une maison vétuste aux volets fermés. Chaque sortie s’achève par une survie miraculeuse. La Libération substitue la misère à la traque qu’elle recouvre d’une chape de silence. 1954, guerre d’Algérie, il se révolte contre la torture : De quoi est donc porteur l’inconscient de l’Occident? En Afrique, sous le communisme primitif, il découvre l’animisme. Bénévole en Algérie, il est pris au piège de la face cachée de l’indépendance. En 1971, il démystifi e Lénine et dénonce capitalisme et salariat d’État. Le sociopsychanalyste Gérard Mendel lui témoigne sa connivence. Son essai, Marx, l’association, l’anti-Lénine, vers l’abolition du salariat lui vaut l’hommage d’Otelo de Carvalho, l’initiateur de la révolution des oeillets. André Gorz le soutient. « Lip et après ? » paraît dans Les Temps Modernes, « Georges Marchais et la question juive » dans Le Matin. La question du pourquoi et non pas seulement du comment de la mort des Juifs ne cesse de le hanter. Il dénonce une mythologie progressiste, née de l’antisémitisme des pères de la pensée de gauche. Elle empêche d’oeuvrer vers une société solidaire et non-salariale. C’est cette quête que Claude Berger conte ici. Une histoire riche d’engagements : La défense de la population pauvre du Marais, l’exercice d’une médecine sociale, l’interruption d’une messe à Pétain. Une histoire riche de rencontres, de personnages croisés : Georges Perec, Jacques Lanzmann, Jean Rouch, Kateb Yacine, Jean-Paul Sartre, Bernard Lambert, Benny Lévy. Une histoire parsemée de récits de montagne en écho de ceux d’Erri De Luca, mais aussi de miracles, de mystique et de poésie. « J’aurais traîné une vie entière un couloir de la mort de deux ans pour le dissoudre dans la recréation du monde », dira l’auteur faisant sien le propos de Chateaubriand : « Il est possible que mon Itinéraire demeure comme un manuel à l’usage des Juifs errants de ma sorte. »

Ouvrage paru avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Publicités

Une réflexion au sujet de « Claude Berger : itinéraire d’un juif du siècle »

Les commentaires sont fermés.