le Kaddish des orphelins

Cette semaine, notre invité est Arnaud Sauli, réalisateur du film le Kaddish des orphelins, dédié à la figure d’Aharon Appelfeld, et qui sera projeté en avant première au Mémorial de la Shoah le 2 juin, avant une diffusion en juin et en septembre sur France 3.

Ce film nous offre avec Aharon Appelfeld le moment suspendu d’un retour sur soi, sur son histoire, celle d’un enfant de la Shoah, évadé d’un camp et immigrant en Palestine à la fin de la guerre après une longue errance à travers l’Europe dévastée.

Il parle aussi de son rapport à la vie, à la mort, aux femmes, aux mots qui rythment le silence. Sous nos yeux, le lien profond entre musique et littérature prend forme, par le murmure et l’écriture à la main d’Aharon Appelfeld.

Le portrait intime prend la tournure d’un dialogue ouvert sur le monde, lorsque la jeune femme questionne le mystère de la création. Comment ce mystère s’articule à l’homme qui demeure un enfant rescapé de la Shoah ? Comment la littérature a sauvé cet homme et l’a rendu à l’humanité ? Comment la fiction permet-elle inlassablement à l’écrivain, livre après livre, de rendre un monde disparu à la vie et, ainsi, de réparer « un peu » l’histoire ?

Le Kaddish des Orphelins dessine le portrait d’un écrivain dans l’intimité de son geste créateur.

Documentaire, France, 2015, 52 min, Dublin films, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Bande annonce

Diffusions

Lundi 6 juin 2016, 23h25 sur France 3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Jeudi 9 juin 2016, 8h50 sur France 3 Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes

DVD

Commander le DVD auprès de la librairie du Mémorial de la Shoah.

Publicités

La littérature en suspens

Nous consacrons deux émissions à l’exceptionnel ouvrage de Catherine Coquio,  intitulé la Littérature en suspens, qui examine la littérature de témoignage, son statut, et et les différentes questions qui ont entouré sa réception en particulier en France, en Allemagne, et aux Etats-Unis.

 

« Quand on écrit sur Auschwitz, il faut savoir que, du moins dans un certain sens, Auschwitz a mis la littérature en suspens », disait Imre Kertész en 2002.

A travers ce questionnement, Catherine Coquio interroge cette littérature qui,  parce qu’elle s’inspire d’une expérience inhumaine, soulève des questions historiques, anthropologiques, philosophiques et littéraires dont on peut considérer qu’elles ont renouvelé les approches du témoignage, de la fiction et de la poésie depuis 1945.

Cet ouvrage de Catherine Coquio porte donc également sur la littérature « tout court ». La qualité de son écriture en témoigne. Écriture concrète, sensuelle, attachée aux textes plus qu’aux théories, aux ressorts de la « vie » et de l’art plus qu’à ceux de la plainte et du ressentiment.

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée et participe à la commission Histoire de l’antisémitisme et de la Shoah de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Elle est considérée comme l’une des grandes spécialistes de la littérature de témoignage et a organisé de nombreux colloques de portée internationale sur cette question.

Cet ouvrage a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Commander cet ouvrage auprès des éditions L’Arachnéen
Catherine Coquio

 

 

 

 

Le 7 juin à 11h, rencontre avec Catherine Coquio animée par Claude Mouchard au Mémorial de la Shoah, 17 rue Geoffroy l’Asnier, 75003 Paris.
Pour plus d’informations : http://www.memorialdelashoah.org/index.php/fr/programme-des-activites/salon-du-livre/auditorium-rencontres

– le 12 juin à 20h, discussion avec Catherine Coquio et Marianne Dautrey à la librairie Le Livre, 24 place du Grand Marché, 37000 Tours.
Pour plus d’informations : http://www.librairielelivre.com/

– le 17 juin à 20h, lecture par Hanns Zischler d’extraits de Rosa, suivie d’une discussion entre Marianne Dautrey et Catherine Coquio au Goethe Institut de Paris, 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris.Pour plus d’informations : http://www.goethe.de/ins/fr/par/ver/fr14351745v.htm

– le 18 juin à 18h30, rencontre avec Catherine Coquio animée par Claude Mouchard à la librairie Ombres Blanches, 50 rue Gambetta, 31000 Toulouse.
Pour plus d’informations : http://www.ombres-blanches.fr/prochaines-rencontres.html

– le 19 juin à 19h30, rencontre avec Jean-François Chevrier à la librairie Texture, 94 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris.
Pour plus d’informations : https://www.facebook.com/LibrairieTexture

Et pour plus d’informations sur les ouvrages : http://www.editions-arachneen.fr/?page_id=58
 

Du même auteur

Le Mur de Lisa Pomnenka d’Otto B. Kraus suivi de Le leurre et l’espoir de Catherine Coquio (Éditions L’Arachnéen – 2013)

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen – sous la direction de Catherine Coquio, Jean-Luc Poueyto (Éditions Karthala – 2014)

L’enfant et le génocide, Témoignages sur l’enfance pendant la Shoah – Textes choisis et présentés par C. Coquio et A. Kalisky (Éditions Robert Laffont, collection Bouquins – 2007)