August Landmesser: celui qui disait non

Emission du 8 avril 2017: notre invitée est Adeline Baldacchino, auteur de Celui qui disait non, publié aux éditions Fayard, dédié à la figure d’August Landmesser.

salut-nazi-hambourg-refus_877320

D’abord une photographie, celle d’une foule, sur laquelle des dizaines, des centaines d’hommes font le salut nazi. Le regard est vite arrêté par la présence d’un homme qui, lui, reste obstinément les bras croisés. Au milieu de cette foule, ce détail dans l’image que l’on peut ne pas tout de suite voir se met à insister. Qui est cet homme ? Comment interpréter son geste ? La photographie est le point de départ de Celui qui disait non. Son auteur, Adeline Baldacchino, écrit à son propos : « Si je ferme les yeux, je vois cette photographie. Je ne cesserai plus de la voir. Je la porte comme un greffe à l’âme, une sorte de fétiche lové dans les replis nébuleux de la mémoire »            

Point de départ d’une enquête, d’une méditation, d’un pèlerinage mais aussi de ce qui devient une fiction romanesque sur une histoire d’amour…

 

En savoir plus

Adeline-Baldacchino-C-6-300x433

Publicités

Coulisses d’un service d’aide à domicile

Emission du 25 mars 2018: notre invitée est Dafna Mouchenik, directrice de Logivitae, qui vient de publier aux éditions Michalon le récit de cette aventure dans le livre Derrière vos portes, coulisses d’un service d’aide à domicile.

 

Dafna Mouchenik raconte avec énergie la naissance d’une vocation, et comment elle a entraîné avec elle des proches et des inconnus dans cette mission impossible, nécessaire, vitale, de secours aux personnes en perte d’autonomie. Son ouvrage a le souffle d’un livre d’aventures, car on se demande à chaque page comment l’équipe va faire face aux imprévus, aux accidents, à la violence parfois, à la mort enfin. Tout cela vu avec humour et tendresse. La mort taraude mais est affrontée avec courage, avec les autres et pour les autres. Et c’est finalement une ode à la vie, à la vitalité que son livre et son combat.

Dafna Mouchenik

 

En savoir plus

Philosophie et Shoah

Emission du 11 mars 2018: notre invité est Elisabeth de Fontenay, philosophe, ancienne présidente de la commission Enseignement de la Shoah, à l’occasion de la parution de la revue d’histoire de la Shoah sur le thème « Des philosophe face à la Shoah »

Emission animée par Stéphane Bou

Le camp de Drancy vu par Georges Horan-Koiransky

Emission du 18 février 2017: notre invité est Benoît Pouvreau, historien au service du patrimoine de la Seine St Denis, qui a supervisé l’édition du Journal d’un interné de Drancy, de Georges Horan, la réédition du Camp de Drancy, seuil de l’enfer juif, et qui est commissaire de l’exposition Drancy, au seuil de l’enfer, dessins de Georges Horan-Koiransky qui a lieu en ce moment et jusqu’au 15 avril au Mémorial de la Shoah au site de Drancy.

Koiranski a dessiné à la pointe sèche, en noir et blanc, les scènes auxquelles il a assisté lors de son internement en 1942 et 1943. Ces dessins, plus qu’un témoignage, par leur noirceur et leur style, montrent qu’il était un artiste. Il cherchait à décrire la réalité sordide, le désespoir, mais aussi l’humanité, les moments de révolte, la mort qui vient parfois comme une délivrance, comme dans ce dessin bouleversant d’un vieux Juif religieux, les yeux clos intitulé « délivré définitif».

Jusqu’à très récemment, on ignorait quasiment tout de l’auteur, protégé par son pseudonyme. Depuis peu, grâce à ses proches, il est possible d’en savoir beaucoup plus sur Georges Koiransky disparu en 1986 : croquis, dessins, courriers clandestins et officiels, documents administratifs et photographies et, enfin, ce journal d’internement inédit, écrit en 1943, sont désormais accessibles. Cette redécouverte éclaire son oeuvre et permet la réévaluation de ce « témoignage graphique » unique.

En savoir plus

Sur le Journal