Matrice: entre mémoire individuelle et mémoire collective

Emission du 9 février 2020 : notre invité est Denis Peschanski, historien, directeur de recherche au CNRS, membre du comité de lecture de la Collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, mais aussi directeur et coordinateur scientifique du projet Matrice Memory, qui a pour vocation de mieux comprendre l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire sociale, à travers un rapprochement entre les neuro-sciences et les sciences sociales. Le projet  porte sur deux thématiques, la Seconde Guerre mondiale et le 11 septembre, auxquels a été adjoint ensuite le « programme 13 » suite aux attentats du 13 novembre 2015, pour étudier la manière dont se construit la mémoire après ces événements traumatiques.

En savoir plus

Pechanski

L’après guerre de Serge Moscovici

Emission du 29 décembre 2019: nos invités sont Pierre et Denis Moscovici, à l’occasion de la parution des mémoires d’après guerre de leur père, Serge Moscovici, intitulé « Mon après-guerre à Paris, chronique des années retrouvées », aux éditions Grasset. Le texte a été établi, présenté et annoté par Alexandra Laignel-Lavastine.

moscovici-1-720x490

Le mémorial du camp de Rivesaltes

Emission du 8 décembre 2019: notre invitée est Françoise Roux, administratrice générale  du Mémorial du camp de Rivesaltes, qui appartient au réseau des lieux de mémoire coordonné par le Mémorial de la Shoah. Entre le 15 janvier 1941 et le 25 novembre 1942, 1334 hommes, femmes et enfants issus de communautés tsiganes ont été internés au camp de Rivesaltes. Le Mémorial leur rend hommage à travers une nouvelle exposition temporaire, Mémoire rom, sur l’histoire de la culture, des persécutions et du génocide des roms aux XXe et XXIe siècles, en partenariat avec la fondation Yahad-in Unum.

971_112_Memoire-Rom-ok

© Aleksey Kasyanov, Yahad-in Unum

Mémorial des judéo-espagnols déportés de France

Emission du 24 novembre 2019: nous avons le plaisir de recevoir Alain de Toledo, Président de l’association Muestros Dezaparecidos et Sabi Soulam, dont les deux parents ont été déportés, ancien résistant au sein des EIF de zone Nord.

Parmi les 76 000 juifs déportés de France, 5300 étaient judéo espagnols, issus de l’ex empire Ottoman, principalement des Balkans. Une communauté qui avait ses rites propres, en ladino, sa langue, le judéo espagnol, ses quartiers à Paris, principalement dans le XIème arrondissement, et qui a une identité bien particulière à l’intérieur du monde séfarade. L’association Muestros Dezaparecidos, présidée par Alain de Toledo, a une vocation particulière, celle de recenser les disparus, à travers un Mémorial des Judéo-Espagnols déportés de France, un ouvrage remarquable qui est paru cette année. Un ouvrage remarquable parce qu’il y a un formidable appareil historique qui brasse entre autres toute l’histoire du monde judéo espagol dans l’empire Ottoman, les réseaux culturels, les communautés arrivées en France, la vie avant pendant et après la guerre, les grandes figures de la Résistance juive issus du monde judéo espagnol, parmi lesquelles Sabi Soulam, qui participait à « la Sixième » des éclaireurs israélites de France en zone Nord.

 

Fortunée-Mazalto-BIDJARANO

Photo: Fortunée (Mazelto) Bidjarano, « la Renarde », arrêtée en tentant de sauver son fils, déportée par le convoi 75, 30 mai 1944

En savoir plus