Théâtre: reprise du spectacle « J’ai de la chance »‘

« Moissac, c’est une maison d’enfants un peu spéciale, parce que Shatta était spéciale. Moissac, c’était une forteresse de la joie, qui nous protégeait des menaces. Et surtout, c’était une vraie famille. Il y avait deux choses primordiales : qu’aucun enfant ne soit déporté et nourrir tout le monde. Ca a marché ! ». Ce texte est extrait de « J’ai de la chance », une pièce écrite et interprétée par Laurence Masliah, actuellement à l’affiche au théâtre Lucernaire à Paris jusqu’au 4 janvier. Pour en parler, nous recevons cette semaine Laurence Masliah, auteur et comédienne et Jean-Claude Simon, qui est le fils de Shatta et Bouli Simon qui dirigeaient la maison d’enfants de Moissac.

Laurence masliah J'ai de la chance

Sur scène Laurence Masliah incarne Germaine, une grand-mère amoureuse de la langue française et couturière hors pair, mais qui perd un peu le fil. Le fil, justement, c’est l’histoire de Moissac, cette maison d’enfants des EIF, les Eclaireurs israélites de France. Une maison dirigée par Shatta et Bouli Simon, qui sont vos parents, Jean-Claude Simon, et qui a servi de refuge à plus de 500 enfants juifs, au départ des réfugiés de la région parisienne et d’Alsace Lorraine, puis des enfants sortis par l’OSE et les EI des camps d’internement du sud de la France, avant la fermeture de la maison en 43 et la prise en charge des enfants à travers diverses filières de sauvetage.

1256200167_moissac

Cette pièce a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Représentations

Du mercredi 3 septembre au samedi 8 novembre 2014
Du mardi au samedi à 21h
Relâche le samedi 20 septembre

Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris

Réservations au 01 45 44 57 34 ou sur www.lucernaire.fr

Distribution

Auteur : Laurence Masliah avec la collaboration de Marina Tomé
Mise en scène : Patrick Haggiag
Dramaturgie : Mariette Navarro
Avec : Laurence Masliah

Production : En votre compagnie

Durée : 1h10

10 €

Billeterie : 01 45 44 57 34 ou en ligne

 

Shatta et Bouli Simon

Théâtre: H.H. de Jean-Claude Grumberg

H.H., c’est le titre étrange de la pièce de théâtre qui est au sommaire de l’émission d’aujourd’hui. Avec nous pour en parler, Jean-Claude Grumberg, l’auteur et metteur en scène de cette pièce jouée actuellement au théâtre du Rond Point avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

H.H. comme Heinrich Heine mais aussi H.H. comme Heinrich Himmler. Deux noms, celui d’un poète et celui d’un bourreau nazi, qui ne semblent pas pouvoir ni devoir jamais cohabiter. Et pourtant cette pièce de théâtre grinçante raconte un improbable conseil municipal où des élus doivent choisir le nom d’un collège, nom qui doit comporter H.H. comme initiales, car elles ont déjà été coulées dans le bronze. Le collège devait s’appeler Heine, mais certains élus trouvent le nom trop banal, trop entendu, trop donné, trop présent et soudain l’impossible surgit Heinrich Himmler est né dans la petite ville, il a marqué l’histoire à sa façon, il peut prétendre au titre de plus grand criminel du XXème siècle, pourquoi ne pas donner son nom au collège? Après un bref moment d’indignation, les élus comparent les écrits de l’un et de l’autre pour se décider.

Représentations

Du vendredi 25 novembre au samedi 24 décembre 2011, 21h
Dimanches, 15h30 – Relâche les lundis

Théâtre du Rond-Point
2bis, avenue Franklin D.Roosevelt 75008 Paris
Métro Franklin D.Roosevelt (L1 et 9) ou Champs-Élysées Clemenceau (L1 et 13)
Réservation : 01 44 95 98 21
Plus d’information

Distribution

H.H
De Jean-Claude Grumberg
Mise en scène de l’auteur avec la complicité de Jean-Michel Ribes
Avec Salima Boutebal, Jean-Paul Farré, Olga Grumberg, Joseph Menant, Christophe Vandevelde
Texte publié aux éditions Actes Sud-Papiers
Durée : 1h30

Production Théâtre du Rond-Point/Le Rond-Point des tournées
Avec l’aide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Pleurnichard

A l’occasion des lectures de Pleurnichard qui auront lieu au théâtre du Rond-Point du 8 au 12 mars 2011, Mémoires Vives reçoit Jean-Claude Grumberg, auteur dramatique.

Emission animée par Perrine Kervran

Pleurnichard. C’est le joli titre du livre de Jean-Claude Grumberg paru en 2010 aux éditions du Seuil et c’est aussi une sorte de pseudonyme pour dire l’enfant, l’adolescent et le jeune homme qu’il a été. Dans ce livre dont il lira des extraits sur scène, l’auteur devenu homme de théâtre et écrivain regarde avec tendresse et ironie l’orphelin apeuré dont le père est mort « en déportation », l’apprenti tailleur inconsolable qui rêve d’une autre vie et l’enfant en colère qui partait en colonies de vacances dans les pays communistes. C’est un livre grinçant, mordant, mais aussi un livre qui fait rire tout haut, ce qui n’est pas si fréquent. Et pourtant, c’est aussi la voix d’un enfant rempli d’un chagrin qui le dépasse et qu’il ne comprend pas.

Comme un funambule sur son fil, Pleurnichard guide Jean-Claude Grumberg dans la traversée de sa vie. L’un se cachant derrière l’autre, tous deux tentent de vaincre leur peur en la proclamant.
« […] Comment se venger ? de quoi ? Pleurnichard avait trouvé inconsciemment son moyen : insulter les flics, les douaniers, les préposés à l’état civil ou tout autre fonctionnaire rond de cuir et manches de lustrine, les instituteurs, les contrôleurs SNCF et RATP, tous ceux qui incarnaient plus ou moins à ses yeux le pouvoir, l’autorité. Voilà. […]

Drôle de manière de se venger dites-vous ? Sans doute. Refuser la société même au sein des organisations dont le but avoué semblait être la destruction de cette société, se faire un devoir d’y râler, d’y ricaner, d’y douter, d’ironiser. On tue ton père et tu ne te venges pas. Hamlet. La pièce était faite. Faire ou défaire, voilà la question. […] »

« En fait, je n’ai jamais su vraiment me comporter devant le malheur absolu. Faut-il pleurer, s’arracher la tête et la piétiner, ou rire à en crever? Désormais, pour être sûr d’être tout à fait humain, je m’efforce et m’efforcerai de faire les trois ensemble. »