Transmettre les humanités juives

Notre invité cette semaine est Gérard Rabinovitch,  philosophe, sociologue, chercheur au CNRS et directeur de l’Institut européen Emmanuel Levinas, créé en 2011 à l’initiative du président de l’Alliance Israelite universelle, Marc Eisenberg.

Rabi

Gérard Rabinovitch évoque ici  le projet de l’Institut européen Emmanuel Levinas d’ensergner au niveau universitaire les humanités juives, et les nombreux partenariats menés avec des Universités dans toute l’Europe.

Il évoque aussi les formations destinées aux enseignants, un projet initié par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah depuis 2005 et qu’il poursuit aujourd’hui au sein de l’Alliance israélite universelle.

Publicités

Le négationnisme face aux limites de la liberté d’expression

Notre invité ce dimanche est Thomas Hochmann, maître de conférences en droit public à l’université de Reims Champagne-Ardennes, à l’occasion de la parution de sa thèse  en droit comparé « Le négationnisme face aux limites de la liberté d’expression », aux éditions A. Pédone.

HochmannLe débat sur l’interdiction du négationnisme est vif. Certains auteurs dénoncent les préjudices infligés par de tels propos tandis que d’autres accordent davantage d’importance à la liberté d’expression et craignent toute forme de « censure ». La question de l’interdiction du négationnisme se situe en outre à l’intersection de plusieurs problèmes sensibles : le discours de haine, la démocratie militante, ou encore les rapports entre le droit, la mémoire et l’histoire.

Le débat qui entoure cette restriction est cependant essentiellement de nature politique. Dès lors, il apparaît pertinent de proposer une analyse strictement juridique et comparative du régime de l’expression négationniste.

On s’aperçoit alors que les limites juridiquement permises à la liberté d’expression sont souvent bien plus larges que les restrictions approuvées par la plupart des théories politiques ou morales.

Thomas Hochmann est maître de conférences en droit public à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Dans le cadre de ses recherches, il a bénéficié d’une bourse de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Cette thèse a reçu le Prix René Cassin 2012.

Préface d’Otto Pfersmann

- Bon de commande (pdf)

Le projet Aladin en Turquie

Nous recevons cette semaine Anne-Marie Revcolevschi, Présidente du projet Aladin, pour faire le point sur ses initiatives en Turquie: diffusion du film Shoah de Lanzmann à la télévision turque, organisation d’une conférence internationale sur l’apport des réfugiés du nazisme à la Turquie, relations avec la communauté juive de Turquie.

« Le rôle des universitaires juifs allemands et autrichiens, fuyant le nazisme, dans la modernisation des universités turques » était au centre des interventions et débats lors d’une conférence internationale organisée à Istanbul le 19 avril par le Projet Aladin et l’Université Bahcesehir sous l’égide de l’UNESCO.  Cette initiative fait suite à la télédiffusion «historique» de Shoah de Claude Lanzmann sur la chaîne de télévision nationale turque, TRT. La chaîne a diffusé le documentaire de plus de neuf heures en prime time le vendredi soir sur une période de dix semaines, en commençant à la veille de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste le 26 Janvier 2012. Le film, également diffusé par satellite partout dans le monde, a été regardé par des millions de téléspectateurs turcophones et a été salué comme une étape importante et une source d’inspiration pour d’autres pays du monde musulman.

En marge de cette conférence, Anne-Marie Revcolevschi a rencontré l’ambassadeur Tezgör représentant le Ministère Turc des Affaires Etrangères, ainsi que le Président de la Communauté juive de Turquie, Sami Herman, pour discuter des initiatives en cours du Projet Aladin avec ses partenaires turcs, et en particulier de l’organisation d’une grande conférence interreligieuse à Istanbul et des universités d’été en coopération avec l’ONG Anadolu Kültür, qui a pour objectif de surmonter les conflits et les tensions sociales par le partage des arts et de la culture. Le Projet Aladin prévoit également d’organiser, en coopération avec le Centre de recherche politique de l’Université Sabanci d’Istanbul une conférence internationale sur les formes contemporaines de racisme en Europe avec un accent particulier sur l’antisémitisme et l’islamophobie.

Informations complémentaires sur les initiatives du projet Aladin en Turquie.