Kinderlekh

Invitée de cette semaine, Audrey Gordon, journaliste, qui signe Kinderlekh un documentaire sur la transmission de l’histoire des enfants d’Izieu par le théâtre. Un film plein de sensibilité et réconfortant, qui sera diffusé pour la première fois sur France 3 Bourgogne samedi 9 février 2013 à 15h20.

AfficheKinderlekhBlanzy, petite ville de Bourgogne. Pour sa pièce de théâtre, une classe de CM1 se plonge dans l’histoire des enfants d’Izieu, 44 enfants du même âge raflés et déportés en 1944. Ces élèves de 9 ans découvrent l’horreur de la Shoah sans être traumatisés, car pour eux cela reste un jeu. Une belle leçon de transmission de mémoire. « Kinderlekh » signifie « petits enfants » en yiddish. C’est ainsi que les enfants d’Izieu étaient surnommés par Sabine Zlatin, la directrice de la colonie. C’est aussi le nom de la pièce de théâtre jouée dans le film, écrite et mise en scène par Yvette Sauvage-Lelong.
Capture d’écran 2012-12-05 à 11.04.59

Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

- Plus d’information sur le site Internet du film

 

Diffusion

Samedi 9 février 2013, 15h20 sur France 3 Bourgogne

Capture d’écran 2012-12-05 à 10.39.23

Sur les traces d’une photo

A l’occasion des 15 ans de l’association Yad Layeled, nous recevons aujourd’hui Galith Touati, responsable de l’association Yad Layeled France et Laurent Klein, directeur de l’école du 17 rue de Tanger dans le 19 ème arrondissement de Paris.

Comment aborder l’histoire de la Shoah à l’école? Une question sur laquelle travaille depuis 15 ans l’association Yad Layeled France, à partir du travail mené en Israël au musée Yad Layeled, à Beth Lohamei Haghetaot près d’Acco (St Jean d’Acre). Un travail qui a abouti cette année avec l’exposition « sur les traces d’une photo » qui retrace le parcours de 10 enfants Juifs à travers l’Europe qui ont survécu à la Shoah. Une exposition qui permet de revenir sur le sort des enfants cachés, sur le rôle des groupes de résistants qui ont organisé le sauvetage des enfants, sur l’importance de l’action individuelle à travers le rôle des Justes.

L’exposition est interactive. A partir d’une photo et de plusieurs documents (fac simile, témoignages, photos…), chacun est amené à découvrir l’histoire de vie de l’enfant dont il a choisi le portrait.

Cette exposition a reçu le soutien de la Mairie de Paris, du Ministère de l’Education nationale, de l’IESR et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

- Télécharger la brochure de présentation de l’exposition (pdf).

-Informations sur le concert de gala de Yad Layeled le 8 février à la Maison de l’UNESCO

Du 29 juin au 31 juillet 2012 –  Bibliothèque Marguerite Audoux – 10, rue Portefoin  Paris 3e – Entrée libre

 Dans le cadre des commémorations de la rafle du Vel d’hiv, la bibliothèque Marguerite Audoux fera découvrir au jeune public les récits d’enfants juifs qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale. A partir de documents d’archives et de témoignages, cette exposition permet aussi de rendre hommage aux Justes et de rappeler la mémoire des enfants qui n’ont pas été sauvés.

Vernissage jeudi 28 juin à 18h

 

Guide historique d’Auschwitz

Invités de cette émission, Jean-François Forges, et Pierre-Jérôme Biscarat, historiens et pédagogues, qui viennent d’éditer aux éditions Autrement un guide historique d’Auschwitz.

Emission animée par Perrine Kervran

Issu d’un travail de préparation réalisé afin d’accompagner des voyages pédagogiques à Auschwitz-Birkenau, ce livre permet de faire le lien entre ce qu’il reste aujourd’hui du centre d’extermination de Birkenau ou des camps de concentration d’Auschwitz I, Birkenau, Monowitz et leurs kommandos et ce qu’ils ont été pendant les années où ils ont été en activité. Cet ouvrage complète ainsi les récits des survivants, tels que ceux présentés dans le DVD-Rom « Mémoire demain » de l’Union des déportés d’Auschwitz.

En parcourant les lieux, en suggérant des itinéraires et en revenant également sur les traces de la vie juive de Cracovie, ce livre permet de mieux comprendre ce que l’on voit lorsque l’on se rend à Auschwitz ou quand on en regarde des photographies.

Cet ouvrage est illustré de 70 photos contemporaines, 25 photos d’archives, 15 cartes et plans.

Jean-François Forges est professeur d’histoire. Il est notamment l’auteur de Eduquer contre Auschwitz.

Pierre-Jérôme Biscarat est membre du service pédagogique de la Maison d’Izieu.

- Commander cet ouvrage sur le site du Mémorial de la Shoah.

Transmettre l’histoire de la Maison d’Izieu

A l’occasion de la parution du numéro « Enseigner l’histoire de la Shoah » de la Revue d’histoire de la Shoah, dont un des articles est consacré à l’action pédagogique de la Maison d’Izieu, Mémoires Vives reçoit Pierre-Jérôme Biscarat, historien, auteur de cet article, pour expliquer l’approche spécifique développée à la Maison d’Izieu.

Emission présentée par Perrine Kervran

La Maison d’Izieu est créée en mai 1943 par l’Oeuvre de secours aux enfants, pour accueillir des enfants qui pour la plupart ont été sortis des camps d’internement. Le 6 avril 1944, sur l’ordre de Klaus Barbie, 44 enfants restés à la colonie sont raflés et déportés avec leurs 7 éducateurs dont seule survivra Léa Feldblum, ainsi que Sabine Zlatin, absente ce jour là, et qui est à l’origine de ce lieu de mémoire.

Grâce à Serge Klarsfeld et à l’arrestation de Klaus Barbie, la Maison d’Izieu revient dans l’espace national et s’ouvre en 1994 un Musée-Mémorial à Izieu. Le parcours muséographique est scindé en deux étapes : histoire et mémoire, à travers une exposition dans la grange qui explique le contexte, les faits historiques, les parcours de familles, et la maison qui est une évocation de la mémoire des enfants à travers les traces de leur absence. L’approche de la maison d’Izieu vise à éviter une pédagogie du choc et avant-tout transmettre un regard critique, des outils de réflexion. Des séminaires et des voyages pédagogiques sont également organisés pour les enseignants.

Pierre-Jerome Biscarat, est auteur de Dans la tourmente de la Shoah : Les enfants d’Izieu. Michel Lafon, Paris 2008.