Isaac Bashevis Singer

En 1978, l’écrivain polonais, naturalisé américain Isaac Bashevis Singer recevait le prix Nobel de littérature pour « son art de conteur enthousiaste qui, prenant racine dans la culture et les traditions judéo-polonaises, ramène à la vie l’universalité de la condition humaine ». A l’occasion de la parution du cahier de l’Herne consacré à Isaac Bashevis Singer, nous recevons cette semaine Florence Noiville, écrivain, qui a coordonnée ce Cahier de l’Herne, publié avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

Emission animée par Eve Szeftel

isaac-bashevis-singer-1

Editions de l’Herne – 2012 – Consacré au grand écrivain Isaac Bashevis Singer, ce Cahier de l’Herne est dirigé par Florence Noiville en collaboration avec Pascale de Langautier. Il se propose de sortir des stéréotypes habituels qui entourent l’œuvre de ce prix Nobel de littérature, en donnant à voir un Singer méconnu et en montrant les nombreuses résonances de son œuvre dans la création et la pensée de notre époque.
Des spécialistes du yiddish dont Jean Baumgarten et Rachel Ertel rappellent dans ce cahier comment Singer s’inscrit dans la tradition et l’imaginaire ashkénaze. Ils y montrent également comment cette tradition est source de renouvellement, comment l’écrivain se l’approprie pour mieux la subvertir, créer et déranger. En effet, Singer sera de son vivant critiqué, voire détesté, comme le montre le témoignage d’Elie Wiesel, qui travailla longtemps avec lui au Forward, à New York.

A travers ce qu’il appelle sa « religion de la protestation », Singer, dans ses romans comme dans ses nouvelles, poursuit une forme de quête, tout à la fois physique et métaphysique, critique et humoristique, qui constitue un fil directeur de son œuvre. Ce volume a pour ambition de montrer qu’un philosophe inclassable se cache sous les habits du romancier.

Illustré de reproductions photographiques et de fac-similés, ce cahier contient un grand nombre de documents – nouvelles ou fragments de romans inachevés, correspondances, listes, entretiens avec d’autres écrivains…

Cette publication a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Consulter le sommaire

Commander cet ouvrage auprès des éditions de l’Herne

Florence Noiville publie en 2003 la première biographie française du prix Nobel de littérature américain Isaac Bashevis Singer qui reçoit le Prix du récit biographique 2004. Puis un premier roman, La Donation (Stock, 2007).  En 2012, elle publie son deuxième roman, L’Attachement (Stock), et dirige le Cahier de l’Herne Singer.

Publicités

Sur les traces d’une photo

A l’occasion des 15 ans de l’association Yad Layeled, nous recevons aujourd’hui Galith Touati, responsable de l’association Yad Layeled France et Laurent Klein, directeur de l’école du 17 rue de Tanger dans le 19 ème arrondissement de Paris.

Comment aborder l’histoire de la Shoah à l’école? Une question sur laquelle travaille depuis 15 ans l’association Yad Layeled France, à partir du travail mené en Israël au musée Yad Layeled, à Beth Lohamei Haghetaot près d’Acco (St Jean d’Acre). Un travail qui a abouti cette année avec l’exposition « sur les traces d’une photo » qui retrace le parcours de 10 enfants Juifs à travers l’Europe qui ont survécu à la Shoah. Une exposition qui permet de revenir sur le sort des enfants cachés, sur le rôle des groupes de résistants qui ont organisé le sauvetage des enfants, sur l’importance de l’action individuelle à travers le rôle des Justes.

L’exposition est interactive. A partir d’une photo et de plusieurs documents (fac simile, témoignages, photos…), chacun est amené à découvrir l’histoire de vie de l’enfant dont il a choisi le portrait.

Cette exposition a reçu le soutien de la Mairie de Paris, du Ministère de l’Education nationale, de l’IESR et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

- Télécharger la brochure de présentation de l’exposition (pdf).

-Informations sur le concert de gala de Yad Layeled le 8 février à la Maison de l’UNESCO

Du 29 juin au 31 juillet 2012 –  Bibliothèque Marguerite Audoux – 10, rue Portefoin  Paris 3e – Entrée libre

 Dans le cadre des commémorations de la rafle du Vel d’hiv, la bibliothèque Marguerite Audoux fera découvrir au jeune public les récits d’enfants juifs qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale. A partir de documents d’archives et de témoignages, cette exposition permet aussi de rendre hommage aux Justes et de rappeler la mémoire des enfants qui n’ont pas été sauvés.

Vernissage jeudi 28 juin à 18h

 

Les archives du ghetto de Varsovie

Invitée cette semaine, Audrey Kichelewski, historienne, spécialiste de l’histoire des Juifs en Pologne, pour parler de l’ouvrage Qui écrira notre histoire? de Samuel D. Kassov, publié aux éditions Grasset, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

le 18 septembre 1946, on déterre sous les gravats du ghetto de Varsovie des bidons de lait en fer blanc, des bidons qui ont soigneusement été scellés et cachés par les membres du groupe Oyneg Shabes. Ces bidons contiennent des lettres, des tickets, des tracts, des rapports, des récits, des dessins, des preuves et des témoignages qui disent ce que fut le quotidien des Juifs sous le joug allemand dans le ghetto de Varsovie, mais aussi dans les shtetls et parfois dans les lieux d’extermination: des archives qui sont autant de preuves des massacres et exactions menées par les nazis.

Qui écrira notre histoire? Ce livre de l’historien Samuel D Kassow, traduit avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah raconte l’histoire des archives du ghetto de Varsovie et de ceux qui les ont orchestrés, en particulier Emmanuel Ringelblum, qui était l’âme de ce groupe.