Andorra, une pièce de Max Frisch

Cette semaine, notre invité est Fabian Chappuis, qui met actuellement en scène la pièce de Max Frisch Andorra, Autopsie d’une haine ordinaire au théâtre 13, jusqu’au dimanche 14 février 2016.

Dans un petit pays comme bien d’autres, un jeune homme sans histoire meurt au nom d’une identité qui n’est pas la sienne. Débute alors une enquête-reconstitution autour de cette mise à mort. Cruelle, drôle et bouleversante, Andorra met en lumière les mécanismes sournois de la haine et de l’exclusion et dresse un portrait acide de ces « petites gens » qui les attisent et de ceux qui en deviennent les victimes expiatoires.

Le jeune homme, c’est Andri, un jeune Juif que le maître d’école aurait, selon la version officielle, courageusement enlevé des griffes du pays des Casaques noires. Quel acte magnifique, se gargarise la population d’Andorra ! Enfin, jusqu’au moment où la menace d’invasion se précise… Là, cette même population se dit qu’il vaudrait peut-être mieux se débarrasser de cet encombrant réfugié, pour ménager la susceptibilité de la nation voisine, qui exècre le peuple juif. Seul le père adoptif d’Andri sent que le venin de l’antisémitisme s’insinue doucement mais inexorablement : le menuisier ne veut pas d’Andri comme apprenti, le soldat le provoque continuellement, le médecin rechigne à le soigner, l’aubergiste à le servir. Le drame paraît désormais inéluctable…

Ecrite en 1961, la pièce est un formidable appel à la vigilance, à la résistance, au refus de l’obéissance aveugle et résonne encore aujourd’hui de toute sa vérité.

Texte : Max Frisch
Adaptation et mise en scène : Fabian Chappuis
Production : Compagnie Orten
1h45 sans entracte – Conseillé à partir de 14 ans

Cette pièce a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Représentations

Paris

Du mardi 5 janvier au dimanche 14 février 2016
Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre 13 / Seine
30 rue du Chevaleret 75013 Paris
Réservation

Elisabeth Ventura, sensible et tendre Barbeline dans «Andorra» de Max Frisch. Crédits photo : Loran Perrin pour le Figaro
Andorra

Publicités

Israël, le nom de trop?

Cette semaine, nous recevons Jacques Tarnero, pour réfléchir sur les implications de la réprobation d’Israël à l’heure actuelle, à la suite de la parution de son dernier essai, Le nom de trop, Israël illégitime?  aux éditions Armand Colin.

Dans cet essai, Jacques Tarnéro pointe ce qu’il y a d’irrationnel et de suspect dans la réprobation systématique d’Israël. Il entend démonter les mécaniques politiques et psychologiques de ce discrédit qui va au-delà de la seule critique de la politique israélienne. Selon lui, c’est désormais au nom des idéaux de progrès, de liberté et d’émancipation que s’énonce la haine des Juifs. <!–Ancien chercheur associé au CNRS, chargé de mission à la Cité des sciences et de l’industrie, Jacques Tarnéro est essayiste et documentariste. Il a publié Mai 68, la révolution fiction (Milan,
2008) et Le racisme (Milan, 2007). Il est également l’auteur de deux films documentaires : Autopsie d’un mensonge : le négationnisme (2000, Lili productions), et Décryptage (avec Philippe Bensoussan, 2002, Sophie Dulac productions) sur les représentations du conflit israélo-palestinien.

Préface de Pierre-André Taguieff.

Cet ouvrage a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Mercredi 13 juin 2012 à 20h, rencontre avec Jacques Tarnero animée par Clément Weill-Raynal au Temple des Vosges « Synagogue Charles Liché » 14 Place des Vosges – 75004 Paris. PAF (au bénéfice de la Tsédaka)  Réservation obligatoire  01.43.44.48.82