Le marché de l’art sous l’Occupation

Émissions du 24 février et du 3 mars 2019 avec Emmanuelle Polack, docteure en histoire de l’art, commissaire de l’exposition qui se tiendra au Mémorial de la Shoah à partir du 20 mars, et qui vient de faire paraître aux éditions Tallandier, Le marché de l’art sous l’Occupation.

Émission du 24 février 2019

Émission du 3 mars 2019

 

M2019-Exposition-Marché de l'art 2

Artistes juifs spoliés: le cas de Francis Harburger

Cette semaine, notre invitée est Sylvie Harburger, fille du peintre Francis Harburger. Elle vient en effet de publier le catalogue raisonné de l’oeuvre de Francis Harburger, et nous parle de ses recherches sur les oeuvres spoliées pendant la Seconde guerre mondiale.

catalog harburger

harburger

Voir aussi sur Akadem, la conférence tenue à la médiathèque de l’Alliance israélite universelle avec Sylvie HArburger et Jean-Claude Kuperminc

 

Après la guerre, les restitutions

Cette semaine, nos invités sont Catherine Bernstein et Jean-Marc Dreyfus qui co-signent un documentaire dédié à la manière dont les restitutions ont été menées dans l’après guerre. Un documentaire qui sera diffusé en avant première le dimanche 28 juin 2015 à 16H30 au Mémorial de la Shoah.

Après la guerre les restitutionsÀ la Libération vient le temps de la reconstruction politique, sociale et économique d’une France dévastée. Pour certaines catégories de Français, les Juifs particulièrement, tout est à reconstruire. Les familles ont été décimées, les survivants dépouillés de leurs biens : conséquence de la politique de spoliation mise en place à partir de septembre 1940. Dès 1944, une politique publique de restitution est mise en place avec d’immenses difficultés.

À Lyon, le professeur Émile Terroine, grand chercheur en biologie, socialiste, résistant et humaniste, mène cette politique avec tant de conviction et de fermeté qu’il est nommé à Paris pour diriger le Service National des Restitutions le 30 avril 1945.

Ce documentaire explore la mise en place des mesures de restitutions entre 1944 et le début des années 50, ses enjeux politiques, administratifs et humains. Il raconte, en parallèle, les destins d’objets particuliers, de la grande entreprise jusqu’à la machine à coudre dérobée dans l’atelier d’un tailleur juif. La recherche de ces biens, leur restitution ou dédommagement, livre les histoires d’individus et de familles qui cherchent à refaire leur vie et à retrouver leur place dans la société française.

Documentaire, France, Cocottes Minute Productions, 2015, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Projection

Dimanche 28 juin 2015, 16h30

Mémorial de la Shoah
17 rue Geoffroy-l’Asnier 75004 Paris

Entrée libre sur réservation : 01 42 77 44 72 / c.gillet@cocottesminute.fr

DVD

Commander le DVD en contactant Cocottes Minute Productions :
Tél. 04 72 98 30 09

Aller plus loin dans la restitution des oeuvres d’art spoliées

Le 19 mars dernier, la Ministre la culture Mme Aurélie Filippetti remettait 7 tableaux de maître aux descendants de 2 grands collectionneurs, Richard Neuman et Joseph Wiener, et relançait le sujet de la restitution des œuvres d’art et de ce qu’on peut encore faire aujourd’hui en France en particulier. Pour en parler, nous recevons aujourd’hui la sénatrice et historienne Corinne Bouchoux, qui a travaillé à un rapport pour le sénat qui s’intitule « oeuvres culturelles spoliées ou au passé flou et musées publics : bilan et perspectives » et qui vient de publier « Si les tableaux pouvaient parler, le traitement politique et médiatique des retours d’œuvres d’art pillées et spoliées par les nazis » aux Presses universitaires de Rennes.

Une émission animée par Kristel le Pollotec

Accéder au rapport de Mme Bouchoux

Accéder au site Rose Valland (et voir les tableaux MNR en dépôt dans les musées français)

Un des tableaux rendus, celui de Gaspare Diziani
Un des tableaux rendus, celui de Gaspare Diziani

2000 oeuvres sont aujourd’hui classées « MNR » Musée nationaux récupération, confiées à la garde des musées nationaux.  Les MNR correspondent à des oeuvres dont leurs propriétaires, en grande majorité juifs, ont été contraints pendant la guerre de se défaire pour subsister ou pour tenter de fuir. Ces oeuvres ont pu être vendues aux enchères ou négociées dans une galerie d’art; d’autres, en plus petit nombre, ont fait l’objet d’une spoliation directe par le régime nazi.

Un rapport de la sénatrice Corinne Bouchoux adopté par la commission de la culture du Sénat le 16 janvier 2013 estime que, si de nombreuses œuvres d’art ont pu être restituées au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, il est nécessaire de renouer avec une politique résolue de recherche des propriétaires spoliés.

Une démarche proactive. Aurélie Filippetti a donc demandé à ses services et aux musées de mener « une action plus volontariste » sur cette question :  « jusque-là, on attendait les demandes des ayants droit ou des descendants pour démarrer des procédures de recherches. Je veux engager une démarche proactive dans laquelle la France va engager des moyens pour rechercher les propriétaires, qu’il y ait ou non une demande formelle ».
Les recherches vont d’abord porter sur 163 oeuvres d’art MNR. Un groupe de travail, composé de fonctionnaires du Ministère, de conservateurs, d’archivistes, d’historiens, de membres de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliation (CIVS), est mis en place pour retrouver les propriétaires. Ce groupe de travail fera un premier point d’étape à la fin 2013 et rendra un rapport définitif en 2014.

Les demandes de restitution d’oeuvres d’art peuvent intervenir par une saisine directe du Service des musées de France concernant les MNR ou dans le cadre d’une requête présentée auprès de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliation (CIVS).