Les Juifs de Tunisie sous le joug nazi

Le 9 décembre prochain, une cérémonie aura lieu au Mémorial de la Shoah pour commémorer la rafle du 9 décembre 1942 à Tunis, il y a précisément 70 ans.A cette occasion, Claude Nataf, historien et président de la Société d’histoire des Juifs de Tunisie, qui est notre invité aujourd’hui, présentera  « Les Juifs de Tunisie sous le joug nazi, 9 novembre 1942 – 8 mai 1943.

Cet ouvrage est le troisième volet des témoignages sur la situation des Juifs de Tunisie durant les six mois d’occupation allemande  publié dans le cadre de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, collection lancée en 2005 avec les éditions Le Manuscrit.

Les Juifs de Tunisie pendant la Seconde Guerre mondiale

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, 90 000 Juifs vivaient en Tunisie. Entre novembre 1942 et mai 1943, le pays fut occupé par les forces de l’Axe. Les Juifs connurent alors « l’angoisse, les rançons, les pillages, les souffrances du travail forcé et des dizaines de morts » (Serge Klarsfled).

L’action anti-juive était dirigée par le colonel SS Walter Rauff. Ce dernier avait été responsable de la mort de centaines de milliers de Juifs, assassinés dans des camions à gaz (ancêtres des chambres à gaz) des pays baltes à la Yougoslavie.

En Tunisie, l’objectif était également de mettre en œuvre la « Solution finale ». Quelques personnes furent ainsi déportées vers l’Europe. L’avancée des Alliés et leur domination militaire ont heureusement contrarié les plans nazis.

A lire dans la Collection « Témoignages de la Shoah »

- Les Juifs de Tunisie sous le joug nazi
9 novembre 1942 – 8 mai 1943
Récits et témoignages rassemblés, présentés et annotés par Claude Nataf
Préface de Serge Klarsfeld

Cet ouvrage regroupe plusieurs témoignages, dont celui de Maximilien Trenner, interprète en charge des relations avec les Allemands et celui de Georges Krief, jeune avocat. Il présente des récits sur les camps de travail comme celui de Bizerte, directement géré par les SS, ou ceux qui dépendaient de l’armée italienne. Le sort des Juifs de Sousse et de Sfax y est également évoqué.

Télécharger le communiqué de presse (pdf)

- Étoile jaune et croix gammée de Robert Borgel

Témoins de la persécution des Juifs de Tunisie, Robert Borgel, avocat au barreau de Tunis, et son père Moïse, président de la communauté israélite de la ville, furent également des acteurs de premier plan de ce drame.

- Six mois sous la botte de Paul Ghez

Héros des deux guerres, âgé de 44 ans, avocat très en vue et dirigeant moderniste de la communauté juive, Paul Ghez est un homme de caractère qui a tenu tête avec succès au colonel SS Walter Rauff. Son journal, écrit au jour le jour, nous éclaire sur les péripéties de la lutte engagée avec la Gestapo et sur le sort de la population juive et des travailleurs forcés.

Président de la Société d’histoire des Juifs de Tunisie, Claude Nataf est à l’origine du renouveau d’intérêt pour cette histoire. Il a dirigé les trois ouvrages de la collection Témoignages de la Shoah consacrés à la Tunisie.

Journée de commémoration

Organisée par la Société d’histoire des Juifs de Tunisie

au Mémorial de la Shoah
17 rue Geoffroy-l’Asnier 75004 Paris

10h45 : Cérémonie commémorative

Sous la présidence de Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France

Lecture des noms des déportés de Tunisie et des victimes de la barbarie nazie, décédées dans les camps de travail en Tunisie. Lecture suivie de la récitation des prières d’usage.

Entrée libre

14h :Rencontre avec des historiens et des témoins

En présence d’Abdelkrim Allagui, professeur à la faculté de Lettres de Tunis, d’Ariel Danan, directeur adjoint de la bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, de Damien Heurtebise, conservateur des Archives du ministère des Affaires étrangères à Nantes, de Serge Klarsfeld, avocat et historien, de Claude Nataf, historien, président de la SHJT, et de témoins.

Entrée libre sur réservation au 01 53 01 17 42

17h30 : Projection du film Villa Jasmin

En présence de Ferid Boughedir, réalisateur, et de Serge Moati, auteur du roman dont s’inspire le film. Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Entrée libre sur réservation au 01 53 01 17 42

Publicités

Robert Gamzon, Tivliout

Nous recevons cette semaine Benjamin Bittane, responsable de la Formation aux Eclaireurs Eclaireuses Israélite de France pour parler de la figure fondatrice des EI, Robert Gamzon, « Castor soucieux », dont l’ouvrage Tivliout, qui éclaire sur sa vision du judaïsme, vient d’être republié.

Un ouvrage qui pose les grands principes d’un scoutisme juif basé sur des rapports harmonieux avec la vie, la société, la nature, la spiritualité. Un ouvrage aussi qui témoigne de l’envie de reconstruire la communauté juive de France après la Shoah en se basant sur une force spirituelle autant que physique. Ce livre nous donne l’occasion de revenir au cours de cette émission sur le parcours singulier de Robert Gamzon, et , à travers lui, sur l’histoire du mouvement EI et ses valeurs fondatrices, résumées dans la pensée de Robert Gamzon « je voudrais que tu sois un bâtisseur et non un discuteur ».

Rétrospective Robert Bober au Mémorial de la Shoah

Mémoires Vives reçoit ce dimanche Robert Bober, réalisateur, écrivain, à l’occasion du cycle de films qui lui est consacré au Mémorial de la Shoah.

Des films pour rendre la voix, rendre hommage, rendre justice… Des films qui disent la dette que l’on a auprès d’enfants, d’amis, d’auteurs, de créateurs ou de proches… Les  quelques 120 films de Robert Bober sont ceux d’une personne généreuse, qui ne cesse de vouloir raconter les autres sans pour autant refuser de nous donner un peu de lui-même…

Cycle de Films Robert Bober au Mémorial de la Shoah du 30 novembre au 19 décembre 2010

Mardi 30 novembre, 19h: Robert Bober, écrivain et réalisateur

Jeudi 2 décembre 2010, 19 h
Réfugié provenant d’Allemagne, apatride d’origine polonaise
de Robert Bober
(France, documentaire, 1975, 90 min, Ina)

Dimanche 5 décembre 2010, 14 h
Une phrase talmudique
de Robert Bober et Pierre Dumayet
(France, documentaire, 1978, 58 min, Ina, collection « Lire c’est vivre » de Pierre Dumayet)
15 h 30
Le Cahier des charges de « La vie, mode d’emploi » de Georges Perec
de Robert Bober et Pierre Dumayet
(France, documentaire, 1993, 58 min, V.F.Films Production, collection « Lire et relire » de Pierre Dumayet)
17 h
En revoyant « Lire c’est vivre »
de Robert Bober
(France, documentaire, 2007, 58 min, Ina)
Entretien entre Pierre Dumayet et André Schwarz-Bart à « Lectures pour tous »
(France, documentaire, 1959, 11 min, Ina)

mercredi 8 décembre 2010 19 h
La Génération d’après
de Robert Bober
(France, documentaire, 1970-1971, 50 min, Ina, collection « Les Femmes aussi » )

Les Enfants cachés
de Robert Bober
(France, documentaire, 2004, 11 min, Mémorial de la Shoah)

jeudi 9 décembre 2010, 19 h
Cholem Aleichem, un écrivain de langue yiddish
de Robert Bober
(France, documentaire, 1967, 42 min, Ina)

Erri de Luca
de Robert Bober
(France, documentaire, 2002, 26 min, Arte France, MK2TV, collection « À mi-mots

dimanche 12 décembre 2010, 17 h
À la lumière de « J’accuse »
de Robert Bober et Pierre Dumayet
(France, documentaire, 1998, 65 min, Ina)

mardi 14 décembre 2010, 19 h
Récits d’Ellis Island
de Robert Bober et Georges Perec
(France, documentaire, 1979, 60 min, Ina)

En remontant la rue Vilin
de Robert Bober
(France, documentaire, 1991, 49 min, Ina)

jeudi 16 décembre 2010, 19 h
Vincent Van Gogh, lettres à son frère Théo
de Robert Bober et Pierre Dumayet
(France, documentaire, 2001, 52 min, V.F.Films Production, collection « Correspondances » de Pierre Dumayet)

20 h
Adresse provisoire : les Molines
de Robert Bober
(France, documentaire, 1977, 66 min, Ina)

dimanche 19 décembre 2010, 15 h 30
Israël : 25 ans d’existence, 2 000 ans d’histoire
de Robert Bober
(France, documentaire, 1973, 74 min, Ina)