Poésie des plaques commémoratives : Enfants de Paris, 1939-1945

Émission du 9 novembre 2018, avec Philippe Apeloig, graphiste. Plus de 1000 plaques commémoratives de la Seconde Guerre mondiale ont été apposées à Paris ; Philippe Apeloig les a toutes recensées et photographiées, un travail exceptionnel visible dans son livre Enfants de Paris, 1939-1945, paru aux éditions Gallimard et soutenu par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Enfants de PAris2

Ce livre, qui présente 1200 photographies de plaques commémoratives du Paris de la seconde guerre mondiale, est à la croisée de plusieurs registres : le livre d’art et de design, le livre d’histoire, et le témoignage personnel. C’est aussi un Memorbuch, mot yiddish pour livre de mémoire, comme le dit la philosophe Danièle Cohn dans sa préface, une manière de garder vivante la mémoire des morts au sein des vivants qui circulent dans la ville. Ces textes gravés dans le marbre, le bois, le granit, en lettres noires ou dorées, placés sur des portes, des frontons, des places, sont révélés dans toute leur puissance évocatrice et artistique grâce à la mise en scène offerte par le livre.

Enfants de PAris 3

 

Ces plaques sont des messages et des présences, des présences qui ouvrent un univers romanesque à la Modiano, comme l’inscription « ils étaient trois amis tombés ici glorieusement le 25 aout 1944 une heure avant la libération de Paris ».

Cet ouvrage est un livre mémoriel, mais c’est tout le contraire d’un livre qui fige la mémoire : il fait appel à notre imaginaire, il mélange les strates temporelles, il fait surgir sans hiérarchie des personnages : des jeunes filles, des soldats, des policiers, des instituteurs, des enfants.

En savoir plus

Apeoloig

 

Architecture et mémoire

Émission du 21 octobre 2018 avec Christophe Carraud, traducteur et éditeur du livre d’Adachiara Zevi, Monuments par défaut, paru dans la collection Teamim des éditions de la revue Conférence.

Quelle forme donner quand on veut faire un monument pour la Destruction ? C’est la question que se sont posées chacun des architectes qui ont travaillé à de tels projets, de Moshe Safdie, concepteur du nouveau musée de Yad  Vashem à Peter Eisenman pour le mémorial de Berlin en passant par le Mémorial américain de l’Holocauste à Washington conçu par James Hugo Freed ou le Mémorial de Drancy conçu par l’architecte Suisse Roger Diener? N’est-on pas face à une équation impossible, une contradiction dans les termes? Est-ce qu’un monument pour la Destruction ne peut pas être qu’un monument par défaut? C’est l’interrogation d’Addachiara Zevi, architecte et  historienne d’art, dans un livre initialement paru en italien et que Christophe Carraud a traduit et édité.

En savoir plus

eisenman-holocaust-130109856-56aadc7d3df78cf772b49792

Helmar Lerski au MAHJ

Emission du 6 mai 2017 : notre invité est Nicolas Feuillie, commissaire de l’exposition Helmar Lerski, pionnier de la lumière, actuellement présentée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme.

En savoir plus

lerski2

Série « Métamorphose par la lumière », 1936
© Succession Helmar Lerski, Museum Folkwang

Roland Topor

Emission du 25 février 2018: nos invités sont Serge Sarfati, Alexandre Devaux et Nicolas Topor, auteurs du film Roland Topor, songes, mensonges, panique et déconnade.

En savoir plus

101863-topor