Le petit peintre de Belleville

Émission du 30 juin 2019, avec François Szulman, artiste-peintre, ancien président de l’Union des Engagés Volontaires, qui a publié son récit dans la collection « Témoignages de la Shoah » (Fondation pour la Mémoire de la Shoah / éditions Le Manuscrit). Il participera le 4 juillet prochain à une rencontre au Mémorial de la Shoah animée par Claude Bochurberg.

En savoir plus

memoirefrancois-25.jpg
Dessin de la Rafle du Vél’ d’Hiv’ par François Szulman
Publicités

Poésie des plaques commémoratives : Enfants de Paris, 1939-1945

Émission du 9 novembre 2018, avec Philippe Apeloig, graphiste. Plus de 1000 plaques commémoratives de la Seconde Guerre mondiale ont été apposées à Paris ; Philippe Apeloig les a toutes recensées et photographiées, un travail exceptionnel visible dans son livre Enfants de Paris, 1939-1945, paru aux éditions Gallimard et soutenu par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Enfants de PAris2

Ce livre, qui présente 1200 photographies de plaques commémoratives du Paris de la seconde guerre mondiale, est à la croisée de plusieurs registres : le livre d’art et de design, le livre d’histoire, et le témoignage personnel. C’est aussi un Memorbuch, mot yiddish pour livre de mémoire, comme le dit la philosophe Danièle Cohn dans sa préface, une manière de garder vivante la mémoire des morts au sein des vivants qui circulent dans la ville. Ces textes gravés dans le marbre, le bois, le granit, en lettres noires ou dorées, placés sur des portes, des frontons, des places, sont révélés dans toute leur puissance évocatrice et artistique grâce à la mise en scène offerte par le livre.

Enfants de PAris 3

 

Ces plaques sont des messages et des présences, des présences qui ouvrent un univers romanesque à la Modiano, comme l’inscription « ils étaient trois amis tombés ici glorieusement le 25 aout 1944 une heure avant la libération de Paris ».

Cet ouvrage est un livre mémoriel, mais c’est tout le contraire d’un livre qui fige la mémoire : il fait appel à notre imaginaire, il mélange les strates temporelles, il fait surgir sans hiérarchie des personnages : des jeunes filles, des soldats, des policiers, des instituteurs, des enfants.

En savoir plus

Apeoloig

 

Mémoires d’un immeuble à Paris

Emission du 5 novembre 2017. Notre invitée est Ruth Zylberman, réalisatrice, qui signe un très beau film, les enfants du 209 rue St Maur, Paris Xème, qui sera projeté en avant-première le 9 novembre 2017 à 19h30 au Mémorial de la Shoah à Paris.

Dans ce documentaire, Ruth Zylberman pousse la porte cochère d’un immeuble : une cour, le carré de bâtiments qui  l’encercle, des escaliers, des portes. L’enquête commence. Qui a pour ambition de nous raconter une partie de l’histoire du 209 rue Saint-Maur, de ses locataires – se concentrant sur la guerre mondiale, au début de laquelle une centaine de juifs, français ou étrangers étaient installés. La moitié d’entre eux seront engloutis dans la Shoah.  Il y a aujourd’hui de la vie dans cet immeuble, mais il est hanté ; et l’on repense à une phrase de Georges Perec dans La vie Mode d’emploi : « Valène » – le nom de ce peintre qui voulait raconter toute l’histoire d’un immeuble – « Valène, parfois avait l’impression que le temps s’était arrêté, suspendu, figé autour d’il ne savait quelle attente. L’idée même de ce tableau qu’il projetait de faire et dont les images étalées, éclatées, s’étaient mises à hanter le moindre de ses instants, meublant ses rêves, forçant ses souvenirs… »

En savoir plus

209-rue-st-maur-300x221

La direction de l’absent

A l’occasion de l’anniversaire de la libération du camp de Bergen Belsen, nous recevons la romancière Ruth Zylberman, fille d’une enfant déportée à Bergen-Belsen et qui publie un roman très puissant, la direction de l’absent, aux éditions Christian Bourgois. 

zylbe1rman_portrait_couleurs_mb