Mémoires à Venir, une enquête internationale

Cette semaine, nous avons le plaisir d’accueillir Dominique Reynié, directeur de la Fondation pour l’innovation politique, qui a réalisé en partenariat avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah une enquête internationale sur la mémoire du XX ème siècle.

La Fondation pour l’innovation politique et la Fondation pour la Mémoire de la Shoah ont coordonné une grande enquête internationale sur la mémoire des événements majeurs du XXe siècle. 31 000 jeunes de 31 pays ont été interrogés.

Synthèse des résultats

Les résultats complets de l’enquête sont disponibles sur le site de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Publicités

La Claims Conference

Bonjour, nous recevons aujourd’hui Rüediger Mahlo, représentant de la Claims Conférence en Allemagne, qui répond à nos questions concernant l’élargissement des critères d’accès aux programmes de compensation pour les survivants de la Shoah.

Portrait de Rudi Mahlo, Représentant de la Claims Conference en Allemagne
Portrait de Rudi Mahlo, Représentant de la Claims Conference en Allemagne

La Claims conférence, créée en 1951, suite à la reconnaissance par le chancelier Adenauer de la culpabilité allemande dans les crimes nazis, est chargée de négocier, au nom des juifs du monde entier, des compensations matérielles et des restitutions pour les victimes des persécutions nazies et leurs ayant-droits.

C’est donc bien l’Allemagne d’aujourd’hui qui continue d’une part à indemniser les victimes juives du nazisme, et qui d’autre part, a accepté de prendre aussi en compte leurs besoins liés au vieillissement, ce qui se traduit aujourd’hui par des programmes sociaux.

Le programme principal pour la France est l’Article II, qui permet d’obtenir une rente de 310 euros par mois et qui concerne les survivants des camps et des ghettos mais aussi les enfants cachés puisque le principal critère d’obtention de l’aide est d’avoir caché qu’on était juif, c’est-à-dire avoir vécu dans l’illégalité sous une fausse identité ou avec de faux papiers pendant au moins six mois.

 Autre programme de compensation, le Hardship fund, consiste, lui,  en une indemnisation, en une seule fois, de 2556 euros. Elle concerne les personnes qui ont porté l’étoile jaune, se sont déclarés auprès des autorités (ce qui est considéré comme une résidence forcée) ou encore, qui ont été cachés mais n’ont pas réussi à prouver une durée de 6 mois, ou qui ont quitté la France. L’accès au Hardship fund a été ouvert en 2013 à une partie des juifs d’origine marocaine ou tunisienne.

Cette reconnaissance  ouvre aussi la possibilité dans les cas les plus difficiles, de bénéficier de services à domicile, que ce soit des aides ménagères, de l’aide pour les médicaments, ou de l’aide d’urgence, à travers les services du Casip-Cojasor, de l’Adiam, du Casim, et de Passerelles. La Fondation pour la Mémoire de la Shoah finance aussi ces services, complétant l’action de la Claims Conference et permettant, pour les personnes dont les dossiers seraient toujours en cours de traitement, de bénéficier également d’aide au maintien à domicile ou d’aide d’urgence.

 Adresses utiles:

Le Bureau Claims de la Fondation Casip-Cojasor  accompagne pour tout démarche administrative relative à à la Claims.

- Contact Bureau Claims
Mme Alexandra Guyot
Tél. 01 49 23 85 77 / 76
Email : alexandra.guyot@casip-cojasor.fr

 

Services d’aide au maintien à domicile

Adiam

L’Adiam est une association juive offrant un service polyvalent d’aide et de soins à domicile aux personnes âgées, aux personnes atteintes de maladies invalidantes et en situation de handicap, résidant à Paris et en proche banlieue.

  • Programme spécifique de soutien à domicile dédié aux survivants de la Shoah
  • Bilan personnalisé pour évaluer les besoins et les ressources
  • Aides à domicile : ménage, hygiène, courses, préparation des repas, démarches administratives…
  • Aménagement de l’espace de vie en vue du maintien à domicile en situation de handicap
  • Espace Conseil et Écoute,  soutien psychologique

Adiam
42, rue Le Peletier 75009 Paris
Tél. 01 42 80 34 73
Email : shoah@adiam.net

 

Passerelles – Service national d’aide aux survivants de la Shoah

Un Fonds d’urgence peut être sollicité en cas de difficultés financières et sociales pour faire face à des :

  • Dépenses liées au logement (retards de loyer, charges de copropriété, factures EDF/GDF, déménagements, adaptation du logement…)

Fonds Social Juif Unifié
N° Vert (gratuit) : 0 800 39 45 00
Email : passerelles@fsju.org
Correspondants à Lyon, Nice, Marseille, Strasbourg et Toulouse.

Service pour les survivants de la Shoah et les ayants droit

  • Accompagnement dans les démarches de maintien à domicile
  • Aide financière ponctuelle pour le maintien à domicile : Fonds Claims ICHEIC, AHSEAP (fonds autrichien)
  • Service d’entraide aux personnes isolées âgées ou malades (Sepia)
  • Portage de repas cachers

Fondation Casip-Cojasor
47, bd de Belleville 75011 Paris
Tél. 01 49 23 71 46
N° Vert (gratuit) : 0 800 10 50 50
Email : surv.shoah@casip-cojasor.fr
Plate-forme AMEA d’aide aux personnes âgées

  • Aide au maintien à domicile
  • Portage de repas cachers

Casim
109, rue de Breteuil 13006 Marseille
Tél. 04 91 72 76 50 / 51

Montreuil-Bellay, un camp tsigane oublié

Cette semaine, notre invité est le réalisateur  Alexandre Fronty, qui signe un film sur le camp d’internement de Montreuil-Bellay. Il s’agit du plus grand camp d’internement des Nomades en France pendant la Seconde guerre mondiale. ce documentaire raconte l’histoire du camp, mais aussi sa difficile mémoire.

A vingt kilomètres de Saumur, près de la ville de Montreuil-Bellay, dans le Maine-et-Loire, des milliers de Tsiganes ont été internés entre novembre 1941 et janvier 1945. Les « nomades », comme on les appelait à l’époque, ont d’abord été assignés à résidence avant d’être enfermés sur ordre des autorités allemandes. Le camp de Montreuil-Bellay était le plus grand camp d’internement pour nomades de France. Plus de la moitié des Tsiganes internés en France ont transité par ce camp. Des familles y ont été internées pendant 5 ans jusqu’en janvier 1945. Raflés et entassés dans des baraques en bois, les Tsiganes étaient surveillés par des gardes français. Manque d’eau, absence de soins, nourriture précaire, les conditions de vie étaient lamentables. Une trentaine d’enfants en bas âge et des clochards, arrêtés avec les nomades, ont succombé à Montreuil-Bellay. Sans l’action de l’historien Jacques Sigot, le camp aurait progressivement disparu des mémoires. Les vestiges du camp de Montreuil-Bellay ont été inscrits aux monuments historiques en 2010.

Montreuil-Bellay, un camp tsigane oublié
Documentaire réalisé par Alexandre Fronty (52 min.)
Une coproduction LCP / Zoulou compagnie Production – 2012

Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Diffusions

Multidiffusion en mai sur LCP – Assemblée nationale

Voir les dates de diffusion sur le site de la chaîne