Rencontre avec jean-Jacques Zilbermann

A l’occasion de la sortie du film « A la vie », nous recevons le réalisateur Jean-Jacques Zilbermann, qui revient pour nous sur sa propre histoire d’enfant de déporté, et la manière dont il a traité par la fiction l’histoire de sa mère et de ses amies de déportation dans ce film particulièrement personnel et sensible.

A la vieAu cinéma mer. 26 nov. 2014 – 1960. Trois femmes, anciennes déportées d’Auschwitz qui ne s’étaient pas revues depuis la guerre, se retrouvent à Berck-Plage. Dans cette parenthèse de quelques jours, tout est une première fois pour Hélène, Rose et Lili : leur premier vrai repas ensemble, leur première glace, leur premier bain de mer… Une semaine de rires, de chansons mais aussi de disputes et d’histoires d’amour et d’amitié…

Avec Julie Depardieu, Johanna ter Steege, Suzanne Clément, Hippolyte Girardot, Mathias Mlekuz, Benjamin WangerméeAu cinéma le mercredi 26 novembre 2014Fiction, France, 1h44 , Elzévir films, 2014, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

« Je suis né dans une famille où j’ai eu la chance d’avoir trois mamans Irène, qui était ma vraie mère, mais il y avait aussi Paulette et Annie, ses deux amies de déportation. Elles s’étaient rencontrées à Auschwitz en 1944 et ce n’est que 25 ans plus tard qu’elles se retrouvent. Quand ma mère rejoignait ses copines au bord de la mer et que mon père lui demandait où elle allait, elle répondait toujours « à Auschwitz-les-Bains » et çà nous faisait rire tous les trois. C’est de cet humour que j’ai voulu nourrir le film ».

Jean-Jacques Zilbermann

 

 

Publié dans Films, Histoire, Témoignage | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La médecine du Talmud

Cette semaine, notre invité est un médecin, phlébologue, Ariel Toledano, qui s’est passionné pour la médecine telle qu’elle ressort des textes du Talmud. Une découverte qui renouvelle l’histoire de la médecine et rend sa place au savoir accumulé par les rabbins, et qui était précurseur de la médecine moderne.

Ariel Toledano

Qu’en est-il des connaissances médicales dans le Talmud  ? Comment ce savoir médical – retranscrit entre l’an 200 et 500 après J.-C. – pourrait-il être précurseur des sciences modernes  ? Pour répondre à ces questions, Ariel Toledano propose un inventaire des pratiques médicales évoquées dans le Talmud, plongeant le lecteur au cœur de cette véritable encyclopédie des traditions du peuple juif, où le médecin est un des acteurs de la société juive de l’époque. Anatomie, règles d’hygiène et de nutrition, sexualité, grossesse, naissance, maladies, traitements… les sages du Talmud instruisent sur chacun de ces aspects. A maints reprises, leurs observations et leurs conseils sont saisissants d’intuition, de justesse, de modernité.

Étudier les maladies en fonction de l’atteinte de tel ou tel organe, c’est exactement l’objet de la médecine moderne. Ainsi, le but religieux que poursuivaient les rabbins du Talmud les a guidés sur le chemin des sciences modernes et de la médecine d’aujourd’hui.

Ariel Toledano est médecin, spécialisé en phlébologie et en médecine vasculaire. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages médicaux, et est conseiller titulaire de la chambre disciplinaire du Conseil de l’Ordre des médecins en Île-de-France et membre de la Société française d’histoire de la médecine.

Ce livre a été publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Commander cet ouvrage

Publié dans Divers, Histoire, Judaïsme | Marqué avec , , , , , ,

L’histoire des Juifs de Bretagne sous l’occupation


Cette semaine, nos invités sont Catherine Bernstein et Julien Simon, auteurs du film documentaire Ils sont partis comme ça... qui sera projeté en avant première dimanche 26 novembre à 14h au Mémorial de la Shoah. L’occasion de découvrir, à travers un parcours individuel, le parcours de Juifs réfugiés en Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

en avant-première dimanche 26 novembre de 14h à 16h
En présence des réalisateurs.

Dans les années 1930, Ihil Perper quitte la Bessarabie et s’installe en France. En octobre 1942, il est arrêté avec sa femme et ses trois enfants par des gendarmes français.

Déportés, ils trouvent la mort en mars 1943 dans le camp de Sobibor. En 2008, Julien Simon part sur les traces de cette famille et découvre l’histoire des Juifs en Bretagne pendant l’Occupation.

[France, documentaire, 52 mn, Paris-Brest Productions, 2014. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Publié dans Art, Films, Histoire, Témoignage | Marqué avec , , , , ,

Claude Berger : itinéraire d’un juif du siècle

Cette semaine, notre invité est Claude Berger, pour son dernier ouvrage, Itinéraire d’un juif du siècle, qui vient de paraître aux éditions Max Chaleil.

BergerClaude Berger est placé par naissance au coeur des drames du siècle passé, le régime nazi et Vichy dont il réchappe, le totalitarisme bolchévique qu’il démystifie, la décolonisation. Il reçoit une étoile jaune le jour de ses six ans. Suit la condamnation à mort qui pèse sur les enfants juifs et un enfermement de deux années dans une maison vétuste aux volets fermés. Chaque sortie s’achève par une survie miraculeuse. La Libération substitue la misère à la traque qu’elle recouvre d’une chape de silence. 1954, guerre d’Algérie, il se révolte contre la torture : De quoi est donc porteur l’inconscient de l’Occident? En Afrique, sous le communisme primitif, il découvre l’animisme. Bénévole en Algérie, il est pris au piège de la face cachée de l’indépendance. En 1971, il démystifi e Lénine et dénonce capitalisme et salariat d’État. Le sociopsychanalyste Gérard Mendel lui témoigne sa connivence. Son essai, Marx, l’association, l’anti-Lénine, vers l’abolition du salariat lui vaut l’hommage d’Otelo de Carvalho, l’initiateur de la révolution des oeillets. André Gorz le soutient. « Lip et après ? » paraît dans Les Temps Modernes, « Georges Marchais et la question juive » dans Le Matin. La question du pourquoi et non pas seulement du comment de la mort des Juifs ne cesse de le hanter. Il dénonce une mythologie progressiste, née de l’antisémitisme des pères de la pensée de gauche. Elle empêche d’oeuvrer vers une société solidaire et non-salariale. C’est cette quête que Claude Berger conte ici. Une histoire riche d’engagements : La défense de la population pauvre du Marais, l’exercice d’une médecine sociale, l’interruption d’une messe à Pétain. Une histoire riche de rencontres, de personnages croisés : Georges Perec, Jacques Lanzmann, Jean Rouch, Kateb Yacine, Jean-Paul Sartre, Bernard Lambert, Benny Lévy. Une histoire parsemée de récits de montagne en écho de ceux d’Erri De Luca, mais aussi de miracles, de mystique et de poésie. « J’aurais traîné une vie entière un couloir de la mort de deux ans pour le dissoudre dans la recréation du monde », dira l’auteur faisant sien le propos de Chateaubriand : « Il est possible que mon Itinéraire demeure comme un manuel à l’usage des Juifs errants de ma sorte. »

Ouvrage paru avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Publié dans Divers | Marqué avec , , , , , , , , ,