August Landmesser: celui qui disait non

Emission du 8 avril 2017: notre invitée est Adeline Baldacchino, auteur de Celui qui disait non, publié aux éditions Fayard, dédié à la figure d’August Landmesser.

salut-nazi-hambourg-refus_877320

D’abord une photographie, celle d’une foule, sur laquelle des dizaines, des centaines d’hommes font le salut nazi. Le regard est vite arrêté par la présence d’un homme qui, lui, reste obstinément les bras croisés. Au milieu de cette foule, ce détail dans l’image que l’on peut ne pas tout de suite voir se met à insister. Qui est cet homme ? Comment interpréter son geste ? La photographie est le point de départ de Celui qui disait non. Son auteur, Adeline Baldacchino, écrit à son propos : « Si je ferme les yeux, je vois cette photographie. Je ne cesserai plus de la voir. Je la porte comme un greffe à l’âme, une sorte de fétiche lové dans les replis nébuleux de la mémoire »            

Point de départ d’une enquête, d’une méditation, d’un pèlerinage mais aussi de ce qui devient une fiction romanesque sur une histoire d’amour…

 

En savoir plus

Adeline-Baldacchino-C-6-300x433

Publicités

Hitler mon voisin

Nous recevons cette semaine Bertil Scali, journaliste, éditeur, et co-réalisateur du film « Hitler, mon voisin »  avec François Bordes, un film qui sera diffusé le 24 janvier prochain à 20h45 sur la chaîne Planète, en même temps que sort le livre du même nom, publié aux éditions Michel Lafon.

Emission animée par Kristel le Pollotec

Edgar 12 ansC’est l’histoire d’Edgar Feuchtwanger, le neveau de Lion Feuchtwanger, l’auteur du célèbre Juif Süss. Edgar avait cinq ans en 1929, au moment où Hitler emménage dans l’immeuble situé juste en face de chez lui, Prinzregentenplatz à Munich. Comme il le dit lui-même dans ce documentaire, il se trouve alors dans l’œil du cyclone qui va déferler quelques années plus tard sur l’Europe. Le documentaire suit Edgar Feuchtwanger depuis la Grande-Bretagne, où il vit, jusqu’à Munich,  où il revient pour la première fois depuis 73 ans dans la maison de son enfance, depuis qu’il a fui l’Allemagne nazie en 1939. Ce retour en Allemagne est bien évidemment l’occasion d’un retour sur un passé douloureux pour Edgar Feuchtwanger, mais aussi l’occasion de réexaminer l’histoire avec en même temps le regard de l’enfant et la distance de l’historien.

Cahier

Et vous trouvez ça drôle?

Cette semaine, nous recevons Gérard Rabinovitch, chercheur au CNRS en philosophie politique, autour de son dernier livre, Et vous trouvez ça drôle? paru aux éditions Bréal.

Un titre en pied de nez pour un ouvrage qui propose des variations sur le rire et son histoire, car le rire a une histoire, que l’on peut retracer depuis l’Antiquité  jusqu’à la création de la notion d’humour au XVIII ème siècle par les philosophes moraux anglais en passant bien sûr par le Moyen âge, en particulier l’humour juif du XII ème siècle.Un livre qui permet aussi de distinguer entre les différentes formes de rire, le rire joyeux, bienveillant, mais aussi le rire moqueur, le rire sardonique, le rire qui a vocation à assassiner l’autre. Gérard Rabinovitch nous éclaire aussi sur tous ceux qui ont cherché à éteindre les rires, en particulier les nazis, mais aussi d’autres régimes qui ont compris la dimension de liberté intérieure attachée à l’humour.

Il offre ici un essai, à la fois, historique, philosophique, psychanalytique, agrémenté de plusieurs cahiers d’histoires drôles.