Les arbres pleurent aussi

Irène Cohen-Janca, auteur pour la jeunesse, est l’invitée de cette émission, consacrée à l’album « les arbres pleurent aussi « publié aux éditions du Rouergue et dont les dessins sont signés Maurizio A C Quarello.

« Moi le marronnier dans le jardin de la maison 263, Canal de l’Empereur, j’ai donné à une jeune fille de 13 ans, captive comme un oiseau en cage, un peu d’espoir et de beauté. A elle qui, dans sa cachette, rêvait de sentir sur son visage l’air glacé, la chaleur du soleil et la morsure du vent, j’ai donné par mes métamorphoses le spectacle des saisons.  »

Sous une forme poétique, Irène Cohen Janca raconte la Shoah aux enfants. Elle  évoque la captivité et la déportation d’Anne Frank à travers les souvenirs du marronnier qu’elle pouvait apercevoir de la lucarne du grenier de l’annexe où elle se cachait avec sa famille et d’autres personnes.  Un marronnier désormais disparu mais dont les pousses ont été plantées dans certains lieux de mémoire notamment aux Etats-Unis, au Canada, et au jardin d’Anne Frank à Paris.

Album publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu

Sam Braun, rescapé d’Auschwitz est l’invité de cette émission, consacrée à la fois à son témoignage (édité chez Albin Michel), et à la pièce de théâtre qui en est issue (adaptation, mise en scène et interprétation de Patrick Olivier).

Emission animée par Irène Omélianenko

Il aura fallu 40 ans à Sam Braun pour témoigner. Une traversée du silence précieuse pour sortir d’Auschwitz et revenir à la vie. Une prise de parole vécue comme une seconde libération qui au fil du temps a forgé une certitude : la nécessité d’une transmission pour que la vie et l’espérance triomphent de la barbarie.

Le 12 novembre 1943, Sam Braun et sa famille sont arrêtés à Clermont-Ferrand et déportés à Auschwitz, via le camp de Drancy. Sam a 16 ans, il reviendra seul. Ses parents et sa soeur de 10 ans seront gazés dès le premier jour. Sam Braun a passé deux hivers à Auschwitz, il devra encore survivre à la « marche de la mort », errance infernale sur les routes d’Europe jalonnées de coups. Lorsqu’il est enfin libéré, il pèse 35 kg.

Patrick Olivier dans le rôle de Sam Braun

La mise en scène de Patrick Olivier restitue la puissance du témoignage de Sam Braun, dans un va-et vient entre l’horreur du réel et le refuge de l’esprit.

Ce spectacle de la Compagnie Trans Europe Théâtre a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Représentations

Du dimanche 14 novembre au lundi 13 décembre 2010

Kiron Espace
10, rue La Vacquerie
75011 Paris
M° Voltaire ou Philippe Auguste

- Informations /réservations :
Espace Kiron : 01 44 64 11 50
Cie Trans Europe Théâtre : 06 32 56 61 87

- Possibilité de matinées scolaires les lundis à 14 heures sur demande pour les collèges et lycées.

Au Théâtre de L’Epée de Bois ( Cartoucherie – 75012 Paris )   une représentation exceptionnelle dans la grande salle ( 300 places ) aura lieu le 16 février 2012 à 14 h30.

Le prix des places est de 10 euros pour les élèves, accompagnateurs gratuit.

Informations: Johanne Furlan ( 06 32 56 61 87 / transeuropetheatre@wanadoo.fr )

Patrick Olivier et Sam Braun

Les intellectuels dans la machine de guerre SS

Christian Ingrao, Directeur de l’Institut de l’histoire du temps présent, spécialiste du nazisme évoque son livre, Croire et Détruire, paru aux éditions Fayard.

Emission animée par Perrine Kervran

Christian Ingrao, Croire et Détruire, Fayard 2010

Au terme d’une enquête éprouvante dans les archives du SD et de la SS, Christian Ingrao retrace le destin des universitaires nazis,  engagés au sein des organes de répression du 3 ème Reich. Enfants de la grande Guerre, ces économistes, juristes, linguistes, philosophes ou historiens avaient à peine trente ans lors de l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir. Ils ont théorisé et planifié l’élimination de vingt millions d’individus de race prétendument « inférieure ». Ils ont organisé et assisté à l’extermination d’un million d’entre eux.
Christian Ingrao éclaire leur engagement nazi, étudie leurs manières d’envisager  le « Monde d’ennemis » qui, selon eux, les menace.  Grâce à cette étude pionnière, on comprend comment ces hommes ont basculé dans le meurtre de masse.

L’internement des tsiganes en France

Raphaël Pillosio, réalisateur du film des Français sans Histoire, parle de son travail sur l’internement des « gens du voyage » en France de 1940 à 1946

Emission animée par Perrine Kervran

des Français sans Histoire, un film de Raphaël Pillosio

La France a interné des hommes, des femmes et des enfants catégorisés comme « Nomades » durant la Seconde Guerre mondiale. Dans une trentaine de camps disséminés dans tout le pays, environ 6 000 personnes ont été emprisonnées de mai 1940 à mai 1946. Raphaël Pillosio est parti à la recherche des dernières traces de ce passé. Il raconte l’histoire méconnue d’une population marginalisée et stigmatisée depuis plus d’un siècle par l’Etat français.

Ce film a reçu le soutien de la FMS.


- Disponible en DVD

 

Commander le DVD sur le site de l’Atelier documentaire
atelierdocumentaire@yahoo.fr